image

Travaux Publics

image

Travaux Publics

Bâtir des édifices remarquables, comme autant de monuments à l'amitié

La CSCEC Algérie a, au cours des 30 dernières années, réalisé un grand nombre de projets de haut standard, présentant des niveaux d'exigence élevés et répondant à des normes strictes. La construction de l'hôtel Sheraton Club des Pins d’Alger en 1997 a, par ailleurs, marqué le départ d'une phase d'accélération des commandes publiques. Ces nombreux projets ont impliqué la conception et la construction d’une grande variété de bâtiments publics de grande envergure : hôtels, aéroports, immeubles de bureaux, installations sportives, édifices religieux, centres de congrès. Des projets qui ont nécessité le recours à un équipement et à des matériaux de premier choix, mais qui ont aussi impliqué la mise en œuvre d'un savoir-faire d'excellence en matière de construction et d'installation : construction et installation de structures métalliques de grande envergure ; conception et réalisation de bâtiments de haute taille situés sur des zones sismiques ; conception, installation et test de systèmes électromécaniques modernes d'une extrême complexité ; sourcing et utilisation judicieuse de matériaux de décoration de première qualité provenant des quatre coins du monde. La bonne réalisation de tous ces projets de travaux publics a assuré à la CSCEC Algérie une excellente réputation sur le marché local. Ainsi de la construction de l'hôtel Sheraton Club des Pins en 1997, qui a rendu possible le bon déroulement du sommet de l'Organisation de l'unité africaine à Alger. Ainsi également de l'hôtel Renaissance à Tlemcen en 2009, qui fut qualifié par le président Bouteflika de « joyau étincelant serti sur la couronne de Tlemcen ». Ainsi encore de la grande mosquée Djamaâ el-Djazaïr d'Alger, dont la construction a démarré en 2012. Cet édifice, destiné à être la troisième mosquée au monde par sa taille, et la plus grande d’Afrique, comportera également le plus haut minaret au monde – qui se trouvera accessoirement être aussi la plus haute tour d'Afrique.

Le développement de notre activité liée aux projets de travaux publics, la promotion des « normes chinois » et l'application de la stratégie dite « sortir des frontières » sont autant de facteurs ayant permis au gouvernement et au peuple algériens d'être désormais familiarisés avec le « Made in China ». C'est là une pierre supplémentaire ajoutée au pont de l'amitié qui relie nos deux pays !